Douglas Kennedy, l’auteur de mon été

Voilà bien longtemps que je n’avais pas ressenti un tel engouement pour un auteur (depuis mon adoration pour Stefan Zweig je crois… ). « La poursuite du bonheur » est le deuxième roman que je lis de Douglas Kennedy, après « Quitter le monde ». Dans ces deux ouvrages, j’ai (enfin) retrouvé ce que j’aime dans un roman, à savoir : une écriture simple, sans fioriture et sans description à rallonge qui m’ennuie très vite. Mais c’est surtout la force des sentiments, mêlée à une fine psychologie des personnages qui m a particulièrement touchée.

Chez Douglas Kennedy la vie de ses « antihéros » est loin d’être drôle et tourne souvent en vinaigre sans tomber pour autant tomber dans le mélo ou le pathos, jamais moralisateur, mais avec une bonne dose de philosophie savamment distiller.

douglas kennedy roman avis

roman douglas kennedy avis

« Quitter le monde » raconte l’histoire de Jane, jeune fille de 13 ans, qui vit avec brutalité la séparation de ses parents dont sa mère la tiendra pour responsable une bonne partie de sa vie. Quelques années plus tard, Jane rencontre l’amour avec un homme marié, mais très vite le destin va s’acharner, la laissant dans un profond désarroi. Et lorsqu’enfin la vie lui fait un cadeau, c’est pour lui reprendre aussitôt dans un terrible violence. A cet instant Jane n’a plus qu’une idée en tête fuir le monde à tout prix… S’ensuit une fin digne d’un « polar » qui nous tient en haleine, jusqu’à la dernière page.

douglas kennedy quitter le monde critique

Le deuxième roman « La poursuite du bonheur », télescope les personnages de deux époques (de l’après guerre à nos jours), deux générations, liées par une histoire d’amour adultère, vibrante de tragique. L’auteur introduit même une « réflexion politique » sur la guerre froide et la chasse au communiste qui sévit à cette époque sans pour autant devenir barbant. De plus, j’ai adoré la couverture de Hopper.

douglas kennedy poursuite du bonheur livre critique

Ces romans peuvent paraître sombre, mais c’est là tout l’art de Douglas Kennedy, qui a travers des histoires d »amours plus que tragique, mais jamais mièvre, nous amène à réfléchir sur la condition humaine. On s’accroche, on s’attache à ces héros déchus, ce qui opère comme une véritable catharsis.

Il ne me reste plus qu’à découvrir d’autres livres de l’auteur afin de confirmer ma première et très bonne impression.

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 réponses à Douglas Kennedy, l’auteur de mon été

  • Je découvre votre blog avec plaisir. Et qui plus est vous êtes une « fan » de Stefan Zweig comme moi… je vais donc découvrir sur vos conseils, cet auteur, Douglas Kennedy. Un grand merci et à bientôt sur votre blog. Je vais cependant poursuivre ma visite.
    Bien cordialement, Marie-Pierre

    • Merci Marie-Pierre pour votre gentil commentaire, ça me touche sincèrement. Douglas Kennedy est vraiment très agréable à lire, je vous recommande vivement ces deux ouvrages, et si vous aimez zweig vous devriez vous y retrouver! Bonne visite sur mon blog.

  • Moi j’en ai lu pas mal, si tu as envie, je pourrai t’en prêter!!

Poster un commentaire

Les Réseaux


Catégories







Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Articles recents
Archives
Recherche